Ce traitement contre les troubles de l’érection pourrait être efficace contre le cancer de l’œsophage

by



cancer oesophage

En France, 8 000 à 9 000 nouveaux cas de cancers de l’œsophage sont détectés chaque année. En cause, la progression de l’obésité et des reflux gastro-œsophagien. Un traitement chirurgical permet généralement la guérison totale de la maladie, mais lorsque le cancer est découvert à un stade avancé, seule la chimiothérapie peut ralentir le développement de la maladie.

L’espérance de vie des patients dépend notamment de l’emplacement de la tumeur au niveau de l’œsophage. Mais une récente découverte pourrait bien augmenter l’efficacité de la chimio et améliorer un peu plus la qualité de vie des malades. En effet, une étude publiée ce mardi 21 juin dans la revue Cell Reports Medicine (source 1) affirme que certains traitements contre la dysfonction érectile, notamment le Viagra, pourraient aussi être efficace dans le traitement des cellules métastasiques du cancer de l’œsophage, grâce au mécanisme d’inhibition d’une certaine enzyme.

Les chercheurs avancent que les « inhibiteurs de la PDE5 », des médicaments destinés à traiter les troubles de l’érection, pourraient « réduire certaines tumeurs de l’œsophage, plus que la chimiothérapie seule, en s’attaquant à la résistance à la chimiothérapie, qui est l’un des principaux défis du traitement du cancer de l’œsophage ».

Pour parvenir à ce constat, ils ont prélevé des échantillons de cellules tumorales chez une dizaine de patients malades, puis ont ciblé certaines cellules, appelées les « fibroblastes associés au cancer » (CAF). Ces dernières jouent un rôle important dans la croissance des tumeurs, et sont les principales responsables de la résistance aux traitements. 

Pour la plupart des patients présentant une maladie à un stade avancé, et pour ceux qui se prêtent à des traitements potentiellement curatifs, la survie à 5 ans est au mieux de 50 %, rappelle l’étude. 

Le taux de survie, et la qualité de vie des malades pourraient donc être « considérablement améliorés » si l’impact des inhibiteurs de la PDE5 venait à être confirmé.

« La découverte d’un médicament, qui est déjà prescrit en toute sécurité à des personnes chaque jour, pourrait constituer un grand pas en avant dans la lutte contre cette maladie difficile à traiter », conclut le professeur Tim Underwood, auteur principal de l’étude, dans un communiqué (source 2). Les scientifiques comptent désormais lancer un essai clinique, afin de confirmer les potentiels effets bénéfiques de ces médicaments dans le traitement du cancer de l’œsophage.



Source link

Related Posts

Leave a Comment