Bientôt un congé spécial de trois jours après une fausse couche ?

par



couple fausse couche

Une femme sur dix a déjà fait une fausse couche. Une situation trop souvent banalisée qui concerne près de 23 millions de femmes chaque année à travers le monde (soit environ 15 % des grossesses). 

Le 30 mars dernier, la députée EELV (Europe Écologie Les Verts), Paula Forteza, a dévoilé un projet de loi pour une meilleure prise en charge psychologique de ces femmes.

Il inclut non seulement davantage de sensibilisation et de communication, mais aussi la possibilité de prendre un arrêt de travail de 3 jours suite à la fausse couche. Le ou la partenaire de la femme victime pourra également bénéficier de ce congé.

« Reconnaître officiellement l’existence de ce moment »

Ce projet de loi prend exemple sur le dispositif néo-zélandais instauré en 2021, sous l’impulsion de la députée travailliste Ginny Andersen. « Je propose l’instauration d’un congé spécial de trois jours pour la survenue d’une fausse couche », déclare Paula Fortez dans les colonnes de Rue89 (source 1).

 « Cela existe en Nouvelle-Zélande. C’est un moyen de reconnaître officiellement et symboliquement l’existence de ce moment, et du deuil qu’il induit« , plaide-t-elle.  Il permet d’offrir du temps pour commencer à se relever physiquement et mentalement de cette épreuve. 

La fausse couche n’est pas une maladie, mais c’est un événement marquant qui nécessite du temps pour s’en remettre. Tant pour la femme que pour le conjoint.

Les sages-femmes devraient être habilitées à prescrire un arrêt de travail, précise-t-elle à l’hebdomadaire. 





Source link

Related Posts

Laisser un Commentaire