Avoir un placenta prævia, qu’est-ce que ça veut dire ?

by



istock 996271208

Qu’appelle-t-on un placenta prævia ? Est-ce une maladie ?

Rien de plus normal que de parler de placenta lors d’une grossesse : il est l’organe moteur indispensable aux échanges mère-foetus pendant la gestation. Mais parfois, chez un petit pourcentage de femme enceinte, environ, 1 sur 200 (source 1), il arrive que ce placenta présente une caractéristique un peu plus complexe, c’est le cas du placenta dit « prævia ». Le placenta prævia est un placenta qui adopte une croissance et un positionnement anormal, trop proche de l’orifice du col de l’utérus » explique le Dr Cyril Huissoud, gynécologue obstétricien, et chef du service de Gynécologie Obstétrique de l’Hopital Femme mère enfant de Lyon.

Latéral, ou recouvrant

D’ailleurs, « prævia » vient de cela, et signifie en latin « proche de la voie« . « Ce type de placenta se positionne parfois trop près du col (placenta prævia marginal), voire sur le col, (placenta prævia central) empêchant toute sortie par voie basse de l’enfant et créant des complications.

Le cas du placenta accreta, inséré dans une cicatrice

Parfois encore le placenta vient s’insérer dans une cicatrice, directement dans le muscle utérin. C’est ce qu’on nomme un placenta accreta, une complication qui peut augmenter les risques d’hémorragie.

Quels sont les risques quand le placenta se positionne trop bas ?

Des saignements, une hémorragie lors de l’accouchement

Le principal risque d’un placenta prævia repose sur des saignements plus ou moins abondants notamment lors du travail, de l’accouchement, parfois même avant. « Sous l’effet des contractions, une maman avec un placenta prævia se met à saigner. Parfois, ces saignements arrivent également au cours de la grossesse » explique le gynécologue.

Une naissance prématurée

En soi, ce n’est pas le placenta qui provoque un accouchement prématuré, mais les saignements qui, s’ils arrivent, ne laissent pas vraiment de choix aux médecins. « Des saignements lors du travail, on s’y attend lorsque le problème est identifié. Mais il arrive que des saignements arrivent pendant la grossesse qui peuvent mettre la maman comme le bébé en danger. On essaie d’attendre le plus longtemps possible mais dans ce cas, nous n’avons pas toujours le choix. Une césarienne anticipée et prématurée peut être envisagée » confirme le médecin. C’est également le cas si le placenta prævia provoque un décollement.

Qu’est-ce qui peut provoquer un placenta praevia : les facteurs de risque

Il n’y a pas réellement à ce jour de raisons de développer un placenta prævia. Mais il existe quelques facteurs de risques :

  • Les antécédents de la maman : notamment si elle a déjà eu un placenta prævia.
  • Un utérus cicatriciel suite à une césarienne par exemple.
  • Une malformation utérine
  • Peut-être un peu plus de risques chez les mamans fumeuses.

“Ce qu’on craint c’est surtout un placenta qui vient se situer sur une ancienne cicatrice de césarienne, car la cicatrice peut être assez vaste ”précise le médecin. 

Placenta marginal ou recouvrant, quand peut-on le diagnostiquer ? Est-ce visible à l’échographie ?

S’il est un peu bas, il n’est alors pas possible de se prononcer sur l’accouchement dès le deuxième trimestre : « Il y a en effet toujours un espoir que ce placenta remonte, grâce à la croissance de l’utérus d’ici la fin de la grossesse. En revanche, s’il est déjà sur le col et recouvrant, il est probable qu’il y reste jusqu’au terme » détaille l’obstétricien.

En cas de doute sur un placenta trop bas au 3ème trimestre, une échographie par sonde endovaginale, plus précise et directement introduite dans le vagin, sera réalisée.

En cas de doute sur un diagnostic possible de placenta accreta, des examens sont réalisés le plus tôt possible et la patiente peut être adressée vers un centre expert des placentas accretas.

Un placenta prævia, soit « trop près de la voie » peut empêcher toute sortie du bébé par voie basse

Si vous découvrez que votre placenta est un placenta prævia, il n’y a malheureusement pas grand chose à faire… si ce n’est de patienter et de se mettre au repos. S’il s’agit d’un placenta un peu bas, qui ne recouvre pas le col, il y a des chances qu’il remonte de lui-même au cours de la grossesse, poussé par l’utérus. S’il s’agit d’un placenta recouvrant, cela reste improbable. La seule chose à faire est de prendre soin de vous et de vous reposer pour éviter tout saignement prématuré.

Une césarienne (programmée ou non) est-elle inévitable ?

Il n’y a pas de traitement contre le placenta prævia, mais un geste à anticiper dans de nombreux cas : la césarienne. « Plus le placenta se trouve proche du col, plus le recours à une césarienne est envisagé. À moins de 2 cm du col, c’est souvent le cas. » révèle le médecin, qui explique en discuter quoi qu’il en soit avec la future maman.

  • Si le placenta est a plus de 2 cm du col de l’utérus, le cas peut être discuté.
  • À moins de 2 cm, cela dépend des antécédents de la maman et surtout du fait de savoir si elle a déjà saigné.
  • Si des saignements sont enclenchés et que les pertes de sang sont trop importantes, le recours à la césarienne est inévitable.
  • S’il y a un décollement, une césarienne sera également prévue.
  • Lorsque le placenta est recouvert ou accreta (inséré dans une cicatrice) la césarienne est inévitable également et une césarienne médiane particulière est parfois envisagée.

Quoi qu’il en soit, tout est fait pour identifier le problème avant la naissance et programmer cette césarienne afin d’assurer un maximum de sécurité au bébé comme à la maman.



Source link

Related Posts

Leave a Comment