Arthrose cheville : symptômes, causes, traitements

by


L’arthrose est une maladie dégénérative des articulations qui se caractérise par une usure progressive du cartilage qui recouvre les extrémités des os. Moins courante que l’arthrose de la main, de la hanche ou encore du genou, l’arthrose de la cheville peut aussi faire des ravages et doit être prise en charge rapidement. Quels sont symptômes les symptômes d’alerte ? Comment s’assurer du diagnostic et quelle stratégie mettre en place ?

Définition : l’arthrose de la cheville, une inflammation peu courante

Comme son nom l’indique, l’arthrose de la cheville est une forme d’arthrose qui affecte l’articulation de la cheville. Elle se manifeste par une destruction progressive du cartilage qui entraîne des douleurs et des raideurs.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, les os peuvent commencer à frotter les uns contre les autres, ce qui accentue la douleur et peut entraîner une diminution de la mobilité de la cheville, voire une incapacité à se déplacer.

Douleur, raideur, gonflement… Quels symptômes doivent alerter ?

Comme indiqué ci-dessus, l’arthrose est une maladie dégénérative qui évolue par poussées douloureuses. C’est d’ailleurs ces douleurs qui poussent le plus souvent les patient(e)s à consulter. Au début l’arthrose de la cheville se manifeste surtout après un effort, puis est soulagée au repos. Avec le temps, elle peut devenir permanente.

Parallèlement aux douleurs, l’articulation est souvent raide au réveil ou après un moment passé au repos. Un peu de mouvement suffit à retrouver sa mobilité. D’autres symptômes peuvent aussi se manifester :

  • une perte de souplesse et un gonflement de l’articulation ;
  • une limitation des mouvements (flexion et extension) ;
  • des craquements audibles au niveau de la cheville ;
  • une hypersensibilité à la douleur (en cas de légère pression) ;
  • un inconfort articulaire (en cas de changement de température) ;
  • une déformation de la cheville qui entraîne un déséquilibre à la marche et peu par exemple favoriser un boitement ;
  • etc.

Quels sont les causes et les facteurs de risque de cette dégradation articulaire ?

La cheville est le point d’attache entre l’axe horizontal du pied et l’axe vertical du corps. C’est une articulation très sollicitée – et souvent malmenée – qui supporte jusqu’à cinq fois notre poids lorsque l’on court et trois fois lorsque l’on marche. Les principales causes et les facteurs de risque d’arthrose au niveau de cette articulation sont :

  • l’âge : l’arthrose concerne 3 % des moins de 45 ans, 65 % des plus de 65 ans et 80 % des plus de 80 ans ;
  • les antécédents familiaux d’arthrose ;
  • une surcharge pondérale (obésité) qui pèse sur les articulations ;
  • une sursollicitation des articulations (sports intenses ou entraînements mal menés, port de charges lourdes, mouvements répétitifs, etc.) ;
  • une déformation osseuse entraînant une désaxation ;
  • un traumatisme articulaire (entorses, fractures ou luxations à répétition) ;
  • la sédentarité, qui diminue le tonus et la masse musculaire qui protège le squelette, mais entraîne aussi une mauvaise oxygénation des cartilages ;
  • Certaines maladies articulaires comme la goutte ou la polyarthrite rhumatoïde.

À noter : l’arthrose de la cheville peut également être infectieuse et provenir d’une inflammation articulaire causée par une bactérie.

Comment diagnostiquer avec certitude une arthrose de la cheville ?

La première chose à faire consiste à consulter un médecin qui retracera avec vous l’historique de vos symptômes et procédera à l’examen clinique. Lors de la manipulation, il vérifiera la présence de douleurs, de déformation ou d’épanchement au niveau de la cheville. Il pourra aussi constater la présence de craquements ou de blocages articulaires.

S’il estime cela nécessaire, il pourra aussi prescrire des examens radiologiques complémentaires pour contrôler le niveau de dégradation du cartilage, mettre à jour des excroissances ou des géodes osseuses (des cavités anormales creusées dans un os).

Dans certains cas difficiles, il peut aussi prescrire une scintigraphie ou un arthroscanner.

Que puis-je faire pour arrêter l’évolution de l’arthrose ?

Malheureusement, il n’existe pas de moyen pour stopper complètement l’évolution de l’arthrose. Certaines habitudes de vie peuvent toutefois soulager les symptômes et ralentir la progression de la maladie :

  • maintenez un poids de forme stable ;
  • faites de l’exercice pour renforcer les muscles autour des articulations ;
  • adoptez une alimentation saine, riche en fruits, légumes, céréales complètes et protéines maigres pour réduire en partie l’inflammation et améliorer la santé des articulations ;
  • évitez les mouvements répétitifs qui peuvent surcharger les articulations et aggraver les symptômes ;
  • utilisez des dispositifs d’assistance, comme des béquilles, des cannes ou des orthèses, peuvent contribuer à soulager la pression sur les articulations et à réduire la douleur ;
  • limitez vos efforts physiques en cas de poussée douloureuse

Quels sports éviter pour protéger ses chevilles ?

Il est important de maintenir une bonne condition physique générale et de renforcer les muscles du bas du corps pour protéger ses articulations.

Mais en cas de fragilité, p​​​​our protéger vos chevilles, mieux vaut éviter les sports tels que le football, le rugby ou le tennis, les sports d’impact (la boxe, le judo, le karaté, etc.) ou encore les sports de glisse (skateboard, le roller, snowboard, etc.) qui augmentent le risque de traumatisme au niveau de la cheville. Les sports d’endurance tels que la course à pied, le cyclisme ou le triathlon sont aussi déconseillés.

Rien ne vous oblige à éviter totalement ces sports. Mais demandez au moins conseil à votre médecin pour prendre conscience des risques et des précautions à mettre en place, comme le fait de porter des chaussures appropriées et d’adopter une technique correcte.

Idéalement, préférez des activités douces comme la natation, le yoga, l’aquabike, etc.

En vidéo : « Comment éviter que l’arthrose s’aggrave ? »

Comment éviter que l'arthrose s'aggrave ?

Traitement : comment soigner une arthrose à la cheville ?

Les mesures hygiénodiététiques précédemment citées ne suffisent malheureusement pas toujours à soulager les symptômes de ce type d’arthrose. Il existe des traitements symptomatiques et des traitements chirurgicaux.

Les traitements symptomatiques :

La plupart du temps il s’agit de traitements médicaments antalgiques, voire d’anti-inflammatoires (en cas de crise importante).

Des infiltrations de corticoïdes ou d’acide hyaluronique peuvent aussi être faites dans la cheville pour limiter la douleur.

Et en cas de désaxation de la cheville, il est possible d’opter pour des semelles orthopédiques qui limiteront les dégradations.

Par ailleurs, des séances de kinésithérapie permettent d’entretenir et / ou d’améliorer l’amplitude de la cheville et de renforcer sa musculature (donc sa stabilité articulaire). La phytothérapie ou l’acupuncture peuvent aussi être envisagées en complément.

Les traitements chirurgicaux :

Selon l’impact de l’arthrose sur le quotidien des patient(e)s, il est possible d’envisager une opération chirurgicale :

  • un débridement arthroscopique, qui consiste à retirer les tissus endommagés ou arthritiques de la cheville pour réduire la douleur et améliorer leur fonction ;
  • une arthrodèse (ou fusion des articulations), qui consiste à fusionner les os de la cheville, ce qui peut soulager la douleur mais limiter la mobilité de la cheville ;
  • ou une arthroplastie, qui consiste à remplacer l’articulation endommagée par une prothèse et permet aux patient(e)s de conserver une mobilité de cheville satisfaisante.



Source link

Related Posts

Leave a Comment