100% Santé : les opticiens et audioprothésistes ne jouent pas le jeu, déplore la DGCCRF

by



istock 1403610902

Se procurer des lunettes de vue ou des appareils auditifs de qualité sans reste à charge est en théorie une réalité depuis maintenant 3 ans, la réforme ayant été mise en place progressivement à partir de 2019.

Malheureusement, dans la pratique, les choses sont un peu moins roses. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) révèle ainsi que nombre d’opticiens et d’audioprothésistes ne jouent pas le jeu (Source 1). Dénigrement de cette offre, “oubli” de proposer cette offre, devis non conforme… La DGCCRF, qui a mené l’enquête, révèle que de nombreux manquements subsistent, privant les plus modestes d’une offre ayant pour but de leur permettre de s’équiper à moindre frais. 

Les enquêteurs de la DGCCRF ont ainsi constaté que des modèles de devis normalisés ont été modifiés (voire substitués par un modèle propre à l’enseigne), ou bien que les documents ont été mal renseignés, allant même jusqu’à faire apparaître de manière anormale un reste à charge pour l’offre « 100% Santé », ce qui avait pour effet de détourner les consommateurs de cette offre. Ces manquements directement liés à la réforme « 100% Santé » représentent presque un quart des suites données par les services de la DGCCRF”, peut-on ainsi lire dans le rapport.

Dans de plus rares cas, les contrôles ont révélé des pratiques de dénigrement de l’offre 100% santé, les vendeurs la présentant comme une offre “basique” ou “bas de gamme”, ce qui dissuade le client. Sans citer son nom, la DGCCRF révèle qu’une enseigne nationale avait même diffusé en interne un document proposant des éléments de communication pour ses magasins afin d’amener le client à choisir l’offre à prix libre, donc avec reste à charge. Parfois même, l’offre 100% santé n’est tout simplement pas proposée. 

En tout, plus de 1 000 contrôles ont été menés, dans 710 magasins. Bilan des courses : 514 d’entre eux présentaient “au moins une anomalie”,avec des manquements de gravité variable”. “Des mesures pédagogiques (384 avertissements), correctives (123 injonctions de mise en conformité) mais également des suites contentieuses administratives (17 procès-verbaux administratifs) ont été prises dans le cas des manquements les plus sérieux”, précise la DGCCRF. 15 procès verbaux pénaux ont également été dressés.

La DGCCRF a d’ores et déjà annoncé qu’elle réitérera ces contrôles en 2023.



Source link

Related Posts

Leave a Comment